Pourquoi le harcèlement ne peut pas exister dans une école démocratique ?

Dans cet article je souhaite partager ma vision sur l’existence du harcèlement dans l’école classique. Cette envie soudaine m’est apparue lors de l’inspection de l’école démocratique de Caen, un des inspecteurs a dit « on voit bien que les jeunes ont l’air heureux mais votre école ressemble plus à une association qu’à une école » pour eux, il n’y avait pas suffisamment d’éléments « contrôlables » pour « attester de l’effectivité des apprentissages »

Je ne tiens pas à justifier de l’effectivité des apprentissages mais de l’épanouissement des jeunes qui est une des obligation de l’école française. Il faut savoir que 100% des jeunes accueillis dans cette école ont été harcelés dans l’école classique.

Pour vous situer, en France, en 2017, 700 000 élèves sont victimes de harcèlement à l’école.

Qu’est-ce-que le harcèlement ?

Le harcèlement peut être défini comme un acte de soumission d’un harcelé à un harceleur. C’est le non-respect des droits d’une personne en relation avec les textes fondateur de nos sociétés démocratiques occidentales.

« Le non-respect des droits d’une personne c’est, sans raison valable :

  • Lui mentir.
  • Exprimer publiquement un avis négatif à son sujet sans une analyse contradictoire.
  • Sans motif, ne pas tenir compte de ses dires et de ses demandes.
  • Ne pas lui répondre.
  • Se moquer, l’injurier, l’agresser verbalement ou dans le silence.
  • Lui faire des signes ou des gestes inconvenants.
  • L’agresser physiquement.
  • Abuser dans l’exercice du pouvoir que nous donne la loi.
  • Ne pas respecter son intimité.
  • Etc… »

Ainsi, les harceleurs à l’école traditionnelle peuvent aussi bien être des élèves que des membres du personnel enseignant et administratif.

L’autonomie d’une personne est mise à mal par une autre personne. Une personne ou un groupe de personne.

L’autonomie est un besoin universel, il s’agit de répondre aux lois que l’on s’est soi-même fixée. En terme d’éthique, on voit bien ce que l’autonomie peut venir interroger chacun d’entre nous ! Notamment notre système de valeur qui peut parfois être incompatible avec les lois de la société. Prenons l’exemple d’une personne française qui sous le régime de Vichy décide de cacher une personne de confession juive : cette personne a décidé de répondre aux lois qu’elle s’est fixée indépendamment des lois en vigueur.

Pourquoi le harcèlement existe ?

D’après les travaux de Philippe Arquès, le harceleur (ou le groupe de harceleurs) perçoit son autonomie comme insuffisante et va priver l’autre de cette autonomie (de ses droits) pour retrouver ainsi un semblant d’autonomie. A cela il ajoute que le harcèlement est rendu possible car « s’il y avait un arbitre efficace, il n’y aurait pas de harcèlement »

Ici, on voit bien le transfert que l’on peut faire avec l’école traditionnelle : quelle autonomie est laissée aux élèves, aux enseignants ? Comment mettre en œuvre un arbitrage efficace au sein d’une institution où les décisions n’appartiennent pas aux acteurs (élèves et enseignants)?

Quelles solutions sont mises en place ?

Ce que dit la loi : en France, le harcèlement scolaire est interdit. Le harceleur risque amende et peine de prison.

Il existe aussi des numéros verts si vous êtes témoin ou victime de harcèlement où des professionnels vous écoutent et vous orientent quand aux démarches à suivre.

N° VERT « NON AU HARCÈLEMENT» : 3020 – Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 20h et le samedi de 9h à 18h (sauf les jours fériés)

Si le harcèlement a lieu sur internet : N° VERT « NET ÉCOUTE » : 0800 200 000 Gratuit, anonyme, confidentiel et ouvert du lundi au vendredi de 9h à 19h

Depuis quelques années, le harcèlement fait l’objet de débats publics, il existe depuis 2015 une journée contre le harcèlement scolaire. De nombreuses campagnes d’informations sont mises en place notamment pour libérer la parole et où l’accent est surtout mis sur les témoins.

Pourquoi le harcèlement est l’affaire de tous ?

De nombreux médias ont repris cette phrase issue d’un documentaire sur le harcèlement des femmes au travail : le harcèlement est l’affaire de tous. Si on se réfère à la notion de systèmie mise en exergue par l’école de Palo Alto, la thérapie systémique souvent exploitée dans le travail social, consiste à analyser le fonctionnement d’un groupe et non un individu isolé.

Prenons le cas d’un jeune en situation de harcèlement à l’école, il occupe cette place de bouc émissaire car cela permet d’assurer le dysfonctionnement du groupe auquel il appartient en dépit de son statut de souffre douleur. Il ne s’agit plus d’isoler la personne en souffrance, mais de contextualiser la situation de la personne dans le groupe et de trouver pourquoi le groupe fonctionne ainsi. La domination par la soumission ne correspond à aucun besoin humain, sauf il s’agit d’une psychopathologie.

Je considère la société française comme un groupe et la réalité du harcèlement à l’école en France m’interroge : quelle est l’utilité pour la société française d’avoir des jeunes qui ont pu être harcelés, harceleurs ou témoins de cela? A quoi est lié ce dysfonctionnement. Et si le fonctionnement actuel des institutions publiques était un élément de réponse ?

En effet, ce dysfonctionnement est directement lié au manque d’autonomie auquel les élèves et enseigants sont exposés. Il s’agit pour eux, pour survivre d’écraser des personnes pour trouver un semblant d’autonomie. Le besoin d’autonomie est très proche de celui de la liberté et la liberté ne va pas sans responsabilité lorsque l’on est dans un groupe, elle peut s’exprimer en fonction des valeurs partagées par le groupe. Or lorsque je vis dans un groupe dans lequel je ne peux prendre aucune décision, comment puis je me sentir responsable ?

Pourquoi le harcèlement n’existe pas dans une école démocratique ?

A l’école démocratique nous avons décidé de ne pas choisir entre un climat de paix et des apprentissages académiques : nous traitons les 2 au même niveau. Quel est l’intérêt de réaliser des apprentissages dans un milieu insécurisant? Être une force de courage et de caractère pour sa vie future? Cette énergie ne serait-elle pas plus efficace pour l’épanouissement de la personne?

De but en blanc je dirai que le harcèlement n’a pas le temps de s’installer car les membres (enfant, adultes) prennent la mesure de leurs actes au quotidien.

Une moquerie ou une bousculade n’est jamais laissée sans commentaires par les membres, les membres sont responsables de leurs actes grâce à un débat permanent sur les comportements, les paroles et les besoins de chacun.

Dans une école démocratique, les membres apprennent à être autonomes, dans un cadre qu’ils fixent eux-même ensemble quotidiennement. Chacun a l’occasion d’expérimenter son autodétermination pour améliorer son quotidien.

Et ça, ça change tout : les membres peuvent nourrir leur besoin d’autonomie et de liberté, mieux, ils en sont responsables. Quoi de plus important pour de futurs citoyens?

 

Sources:

Interview d’Ariane Bilheran: https://madeinmarseille.net/24100-ariane-bilheran-comprendre-harcelement/

Philippe Arquès: http://www.exmed.org/exmed/har5.html

Page wikipédia: https://fr.wikipedia.org/wiki/Harc%C3%A8lement#Harc%C3%A8lement_et_autorit%C3%A9

https://www.lien-social.com/La-systemie-une-approche-efficace

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F31985

https://www.francetvinfo.fr/societe/education/harcelement-a-l-ecole/harcelement-scolaire-les-chiffres-qui-font-froid-dans-le-dos_3024543.html

Laisser un commentaire